Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Syndicat Employés et Cadres du COMMERCE FO 91

QUI SÈME LE VENT...

SECTEUR JURIDIQUE - JEUDI 21 MAI 2009
InFOjuridiques n°65
> QUI SÈME LE VENT...
Éditorial de Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force Ouvrière

Force Ouvrière a toujours considéré la négociation collective comme un outil de progrès social. Elle doit permettre d'améliorer les droits des travailleurs en octroyant aux salariés des droits supplémentaires à ceux du code du travail. Mais ce principe de faveur est régulièrement battu en brèche, attaqué par les assauts d'un patronat qui veut que la négociation permette de déroger à la loi, c'est-à-dire de prévoir des dispositions moins favorables. Grâce à des centrales syndicales fortes et responsables telles que F0, le pire a jusqu'alors été évité. Mais la loi du 20 août 2008 déstructure un peu plus encore les droits des travailleurs. Comment ? En favorisant la pénétration dans l'entreprise des syndicats non affiliés à l'une des cinq centrales, et donc en encourageant la mise en place de syndicats « jaunes » qui pourront signer des accords dérogatoires. En éloignant les organisations de leurs responsabilités syndicales en leur donnant une charge électorale, c'est-à-dire en les obligeant à pratiquer le marketing électoral. Il est plus complexe de présenter aux salariés le refus d'une augmentation du temps de travail, chantage présenté par la direction en échange d'une renonciation à la délocalisation, que de leur faire les éloges des nouveaux chèques cinéma ou théâtre.

On peut difficilement demander à la même personne d'être délégué syndical, élu au CE et de continuer à effectuer le même travail / La politique d'épuisement des militants est engagée. Mais nous avons de la ressource. Nous devons nous recentrer sur notre mission principale, qui est de défendre l'intérêt collectif de la profession, revendiquer, obtenir, mobiliser... Nous avons déjà fait des démonstrations de force les 29 janvier, 19 mars, et 1 mai. Et ce n'est pas fini. Le monde marche sur la tête. Ensemble, nous pouvons le remettre sur ses pieds. La question devient existentielle pour beaucoup, et les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités. L'urgence sociale est indéniable.








Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article