Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Syndicat Employés et Cadres du COMMERCE FO 91

Syndicat Employés et Cadres du COMMERCE FO 91

Vous êtes sur le BLOG du Syndicat FO des Employés et Cadres du Commerce de l'Essonne.Une seule condition pour adhérer à notre syndicat : "être salarié dans le commerce non alimentaire et travailler en Essonne" - focommerce91@gmail.com

Sur le dos de qui vont se faire les marges ?

http://www.leparisien.fr/essonne-91/et-maintenant-les-jardineries-discount-29-04-2009-495747.php

Et maintenant, les jardineries discount

Ces commerces aux allures d’entrepôt fleurissent en Ile-de-France. C’est en Essonne que ce concept est né, à Ballainvilliers, puis à Corbeil. D’autres ouvertures sont prévues.

Elles fleurissent un peu partout en Ile-de-France depuis trois ans et seront parmi les rares enseignes ouvertes le 1 e r mai. Les magasins de jardinerie discount Garden Price connaissent, depuis le printemps et l’arrivée des beaux jours, une croissance de 50 % de leur chiffre d’affaires par rapport à l’année passée.
« Les plantes sont devenues un produit de luxe.

Avec la baisse du pouvoir d’achat, les gens n’hésitent plus à venir chez nous », assure Benoît Combes, l’un des deux membres fondateurs de la marque. Le premier magasin de Garden Price a ouvert ses portes en 2006 à Ballainvilliers. Aujourd’hui, il en existe un autre dans le département, à Corbeil, et deux autres dans les Yvelines, à Maurepas (où se trouve le siège) et Aubergenville. Une implantation à Ezanville dans le Val-d’Oise est prévue pour le mois de mai. Avant trois autres ouvertures en 2010…

« Nous connaissions les marges réalisées par les autres. Elles sont très élevées »

« C’est un vrai succès », se réjouit Benoît Combes. Il a travaillé quinze ans en tant que directeur d’usine chez le célèbre grainetier Vilmorin avant de se lancer dans l’aventure avec un autre collègue, Antoine de Courcel, vingt ans de recherche scientifique au compteur. « Nous connaissions les marges réalisées par les jardineries. Elles sont très élevées. » Alors, à l’image des Brico Dépôt et Bricoman dans l’outillage, ils ont créé une enseigne discount dans le jardinage.
La recette est simple : pas de décoration, des magasins aux allures d’entrepôt, 5 à 10 fois moins de références que dans une jardinerie classique, un personnel polyvalent… « Les plantes, tout le monde les achète chez les mêmes grossistes. Nous économisons sur tout le reste en allant à l’essentiel », résume Benoît Combes.
Les Truffaut, Delbard et autres Jardiland ne s’inquiètent pas trop de ce nouvel arrivant. « Nous ne visons pas la même clientèle, explique un employé d’une jardinerie haut de gamme en Essonne. Notre problème, c’est plutôt la multiplication des concurrents directs. » L’Essonne compte par exemple trois Truffaut et trois Delbard. En tout cas, les clients qui défilaient vendredi dernier au Garden Price de Corbeil se réjouissent.
Chrystèle, d’Itteville, a elle fait son choix : « Moi, ce que je veux, ce sont simplement des géraniums. Alors, je vais au moins cher. » Claude, jardinier amateur de père en fils à Lisses, est moins catégorique : « Ici, ils ont une seule marque de graines. C’est économique. Mais je continue à fréquenter toutes les jardineries. Il y a des affaires à faire partout. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article