Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Syndicat Employés et Cadres du COMMERCE FO 91

Syndicat Employés et Cadres du COMMERCE FO 91

Vous êtes sur le BLOG du Syndicat FO des Employés et Cadres du Commerce de l'Essonne.Une seule condition pour adhérer à notre syndicat : "être salarié dans le commerce non alimentaire et travailler en Essonne" - focommerce91@gmail.com

Les salariés en colère de la Fnac et de Conforama prêts à remettre ça

Par Mael Inizan | Etudiant en journalisme | 29/04/2009 | 16H15

Une semaine avant le versement de 478 millions d'euros de dividendes aux actionnaires, 250 salariés de la Fnac et de Conforama, groupe PPR (Pinault Printemps la Redoute), se sont rassemblés mardi devant le siège parisien du groupe. Ils demandent l'abandon du plan de restructuration et de la suppression de quelques 1200 emplois. 800 emplois supprimés à Conforama et 400 à la Fnac : les salariés des deux enseignes s'unissent pour dénoncer le plan de restructuration et les plans sociaux au sein du groupe PPR. Le groupe, qui avait déjà annoncé la suppression de 672 emplois à la Redoute en octobre dernier, s'apprête en effet à reverser 418 millions d'euros à ses actionnaires la semaine prochaine. (Voir la vidéo)

A la Fnac, plus de la moitié des suppressions d'emploi concernent les enseignes parisiennes. Le plan de restructuration prévoit notamment la fermeture du magasin de Bastille. Jean-Luc y est disquaire depuis quinze ans et craint ne pas pouvoir retrouver un travail ailleurs. Pour Adeline, également disquaire à la Fnac, le groupe est loin d'être au bord du gouffre, mais le secteur de la culture n'est plus suffisamment rentable pour la direction. Ensemble, ils dénoncent la logique de profit et le cadeau fait aux actionnaires. Manu Aires travaille à Conforama depuis une quinzaine d'année. Dans son magasin dans la région parisienne, 24 emplois ont déjà été supprimés en à peine six mois. Pour lui, avec ce plan de restructuration, le groupe veut faire peser la crise sur les salariés et protéger les actionnaires.

Après deux heures d'attente, une délégation syndicale a pu être reçue par Roger Bricout, directeur des ressources humaines du groupe. Sébastien Boury, délégué syndical CGT à la Fnac, faisait partie de cette délégation : « La direction a écouté nos revendications, mais ils n'ont pris aucun engagement. Ils nous ont cependant promis de les transmettre à François Henri Pinault comme nous le demandions. » Les salariés mécontents du groupe défileront ensemble le 1er mai et prévoient une nouvelle action le 7 mai, à l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article