Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Syndicat Employés et Cadres du COMMERCE FO 91

Syndicat Employés et Cadres du COMMERCE FO 91

Vous êtes sur le BLOG du Syndicat FO des Employés et Cadres du Commerce de l'Essonne.Une seule condition pour adhérer à notre syndicat : "être salarié dans le commerce non alimentaire et travailler en Essonne" - focommerce91@gmail.com

25 JUIN 2008 A PARIS - RASSEMBLEMENT ET MEETING REGIONAL FO


25 JUIN 2008 A PARIS

RASSEMBLEMENT ET MEETING REGIONAL FO

AVEC J.C MAILLY

Secrétaire Général de la CGT-FO

L'URIF-FO s'inscrit totalement dans les positions et actions engagées par la CE Confédérale du 1er juin 2008. La CE Confédérale de FO rappelle qu'à l'occasion des deux réunions inter-confédérales la CGT-FO a proposé un appel commun à une journée de grève interprofessionnelle concernant le public et le privé.

Cette proposition a été rejetée en particulier par la CGT et la CFDT.

Pour la CGT-FO, une manifestation, comme ce fut le cas le 22 mai, n'est pas à la hauteur de la mobilisation indispensable pour le blocage à 40 ans de cotisation et pour avoir une retraite à taux plein. Cette revendication de notre organisation n'est d'ailleurs pas partagée par toutes les confédérations. Pour la Commission exécutive de FO on retrouve ici un parfum de 2003 avec une organisation qui avait accepté la « réforme » et une autre qui, aux dires du ministre du travail de l'époque, François Fillon, s'était comportée en « opposant raisonnable ».

Par ailleurs le gouvernement s'est engouffré dans la brèche ouverte par la « position commune » MEDEF-CGPME-CGT-CFDT du 9 avril 2008 sur la représentativité (relayée par ailleurs dans la fonction publique). Celle-ci, dans son article 17, propose, à titre expérimental et par accord majoritaire d'entreprise, de déroger au contingent d'heures supplémentaires. Le gouvernement remet ainsi fondamentalement en cause les règles législatives et contractuelles en matière de durée du travail, de telle manière que demain ce seraient les normes sociales européennes (48 heures hebdomadaires maxima - 11 heures de repos consécutives) qui finiraient par être protectrices ! Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la prochaine présidence française de l'Union Européenne aura à traiter de la révision de la directive du temps de travail.

Outre la suppression inacceptable dans les faits de la durée légale du travail, il s'agit également - ce que la « position dite commune » enclenche - de substituer les négociations d'entreprise aux négociations nationales de branche, voire de favoriser le gré à gré entre l'employeur et le salarié. Ceci conduit à développer les inégalités sociales entre les salariés. C'est la dérive du modèle républicain vers le modèle anglo-saxon. C'est d'ailleurs là une des raisons qui ont conduit Force Ouvrière à ne pas signer cette « position commune » et à la critiquer sur le fond. C'est pourquoi la Commission Exécutive de Force Ouvrière confirme que le retrait de signature de la « position commune » priverait le gouvernement d'un feu vert politique.

Les dernières actions, appels à la grève et aux manifestations lancés par l'URIF-FO l'ont toujours été dans le cadre interprofessionnel public-privé.

Elles s'appuyaient sur des revendications claires.

Elles ne permettaient pas d'appels communs avec les « états majors » d'autres confédérations sur le plan régional qui ne partageaient pas nos revendications.

C'est toujours vrai lorsque nous indiquons qu'en terme de défense des retraites nous sommes sur les bases d'un blocage à 40 ans de cotisations et pour le retour à 37 ans ½ pour tous public-privé.

C'est toujours vrai lorsque nous affirmons que l'augmentation constante des produits de consommation, des carburants, de l'énergie, la poursuite du déremboursement des médicaments et des consultations, de la mise en place des franchises médicales conduisent à une situation honteuse et à une existence indigne des travailleurs.

C'est aujourd'hui très clair, lorsque nous revendiquons des négociations salariales dans toutes les entreprises du public et du privé pour obtenir l'augmentation générale des salaires et des retraites.

C'est encore vrai lorsque nous luttons contre la casse de la sécurité sociale de 1945 qui prenait en charge le malade du début de sa maladie jusqu'à sa guérison, alors qu'on ferme aujourd'hui les centres de paiements et de soins.

C'est la poursuite de la lutte à mener contre la destruction des services publics républicains par le biais du développement de toutes les directives européennes qui détruisent l'Hôpital, l'Ecole, l'Université, les services publics de l'Energie, etc.

C'est encore la volonté pour l'URIF-FO de lutter contre les velléités de casser le Code du Travail, les statuts, les Conventions Collectives.

C'est pourquoi, l'URIF-FO portant ses revendications a décidé d'organiser un grand rassemblement des salariés, des retraités et des chômeurs

le 25 juin 2008 à 14h30

Place St François Xavier

(Métro St François Xavier)

à proximité des Ministères et de la Préfecture de Région

Au cours de ce rassemblement se tiendra un meeting pendant lequel JC MAILLY, entre autres, développera toutes nos positions. Les délégations des UD-FO de l'IDF demandent à être reçues par le Préfet de Région - représentant de l'Etat.

Réussir cette mobilisation c'est préparer la grève interprofessionnelle avec les salariés, les retraités, les chômeurs, c'est la meilleure façon de lutter pour obtenir satisfaction comme nous l'avons fait avec les étudiants, les lycéens, les collégiens contre le CPE.

Paris le 05 juin 2008

Départ des cars :

􀂃 EVRY à 13 h parking de la Préfecture - MASSY à 13h15 Chemin des Femmes

 

􀂃 ETAMPES à 13 h parking de la piscine - ARPAJON à 13h15 devant la CAF -
MASSY à 13h30 Chemin des Femmes

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article