Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Syndicat Employés et Cadres du COMMERCE FO 91

Les 37,5 annuités ne sont pas mortes !

 

FO hebdo titre : 
JEUDI 18 LES GRÈVES DISENT STOP! AUX ATTAQUES CONTRE LES RETRAITES

Les attaques contre les régimes spéciaux, tout le monde le sait, préfigurentFO-h-gr--ve-18-octobre-2007.JPG celles qui se préparent contre le régime général, en 2008, avec le passage à 41 ans de cotisation pour tous. Elles se situent dans un contexte de grogne généralisée, due au projet de fusion UNEDIC-ANPE, aux franchises médicales, à la diminution des effectifs de fonctionnaires, à la volonté de développer la couverture individuelle en matière d’assurance-maladie et de dépendance, à la remise en cause de la durée légale du travail et à la faiblesse du pouvoir d’achat. La journée du 18 octobre est l’occasion de signifier qu’il est temps de porter un coup d’arrêt.


FO, sur le site Confédéral, titre : 

GRÈVES HISTORIQUES

 PHOTOGRAPHIES DES MANIFESTATIONS DU 18 OCTOBRE 2007

Avec une ampleur dépassant celle de 1995, le mouvement pour la défense des régimes spéciaux a tenu ses promesses, notamment à la SNCF, où de nombreuses assemblées générales, soutenues par FO et Sud-Rail appellent à sa reconduction.

Les grèves à la SNCF, à la RATP, à EDF et GDF s’annonçaient massives. Elles l’ont été bien au delà des prévisions les plus optimistes. Pour cette journée de défense des retraites, les taux de grévistes ont ainsi atteint ou dépassé ceux de 1995, au plus fort de la contestation contre le plan Juppé. Avec près de 74% de grévistes à la SNCF, selon la direction, entre 80 et 90%, selon les syndicats, le taux moyen de mobilisation est largement supérieur au chiffre de 1995 (environ 67%). Même constat à la RATP où le mouvement a été suivi par environ 60% des agents. D’où un trafic nul ou quasi-nul sur les deux réseaux pendant toute la journée.

A EDF et GDF, on a recensé plus d’un agent en grève sur deux (51,9% EDF et 53,3% à GDF, selon les directions). Entre 70 et 90% dans les deux entreprises, selon les syndicats. Pour les autres catégories professionnelles concernées par la réforme de leurs régimes de retraite, la grève a été tout aussi considérable, 80% de grévistes à l’Opéra de Paris et une grève «sans équivalent depuis 10 ans» à la Comédie Française, selon la direction du théâtre. Dans les autres secteurs où des syndicats avaient appelé également à mobilisation sur des revendications spécifiques (voir notre article du 18 octobre), on a enregistré des taux de grévistes allant jusqu’à 30%. Du coup plus de 300.000 personnes, selon les syndicats, moitié moins, selon la police ont pu participer aux quelque 130 défilés organisés dans toute la France, les plus fournis s’étant déroulés à Paris avec 30.000 manifestants et à Marseille avec 50.000 participants.

Un succès incontestable, dont se sont félicités les syndicats avant d’appeler le gouvernement à reconsidérer au plus vite ses positions. Présent aux côtés des manifestants parisiens pour soutenir les fédérations et les syndicats de son organisation, Jean-Claude Mailly (FO) a averti le gouvernement que «la grogne et le mécontentent sont si forts que le gouvernement ferait bien d’en tenir compte en ouvrant bien grand ses oreilles, notamment sur le passage à 40 années de cotisation qui ne passent pas auprès des salariés». Il a dit espérer que «Xavier Bertrand, ministre du Travail, aura quelque chose à proposer pour sortir de ces postions gouvernementale idéologiques». Pour son homologue de la CGT, qui a également défilé à Paris, «le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a laissé entendre qu'il allait y avoir de nouveaux rendez-vous avec les organisations syndicales». La CGT «espère que c'est un rendez-vous conçu avec de réelles marges de négociation et non un rendez-vous destiné à nous réexpliquer une réforme avec laquelle nous sommes en désaccord». Selon Annick Coupé (Solidaires), «le gouvernement veut liquider les régimes spéciaux pour préparer le rendez-vous sur les retraites de 2008 et faire passer tout le monde à 41 ans voire 42» Il faudra des suites à cette mobilisation», a-t-elle déclaré.

A la SNCF et à RATP, ces suites sont débattues depuis hier en assemblées générales et se poursuivront vendredi. Chez les cheminots, nombre d’entre elles ont été conduites à l'initiative de FO, de SUD Rail. La FGAAC (conducteurs), qui, jusqu'à hier soir appelait à la reconduction du mouvement, a décidé de s'en
DSC-0095.JPG retirer. Cependant, la grève a été votée dans les trois quarts des AG ayant eu lieu hier, notamment à Paris, Lyon et Marseille. Même constat à la RATP où 40 dépôts de bus sur 46 ont voté la grève pour aujourd’hui. Les directions des deux entreprises ont confirmé que le trafic sera de nouveau très perturbé pour la journée sur l’ensemble de son réseau.

Face à sa première épreuve sociale, Nicolas Sarkozy est resté silencieux sur ce sujet.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article